Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 octobre 2017

Scandale politique à Hollywood : Harvey Weinstein, ou les contradictions de la révolution sexuelle, et suite…

Publié par Guy Jovelin le 16 octobre 2017

 harvey-weinstein

Les dizaines de femmes témoignant de la frénésie sexuelle du producteur Harvey Weinstein sèment une petite révolution à Hollywood. Le scandale révèle les contradictions d’un système qui prétend régenter la morale politique, comme l’ont rappelé ses récentes campagnes anti-Trump.

[…]

Aujourd’hui, plus de vingt femmes, connues ou inconnues, ont déclenché un scandale quiva  faire bruire Hollywood, elles l’accusent de harcèlement, d’atteinte sexuelle, d’agression sexuelle et même, pour quatre d’entre elles à ce jour, de viol. Deux enquêtes ont été ouvertes.

[…]

Première constatation, l’immense majorité de ces dames se plaignent qu’Harvey Weinstein ait essayé de les embrasser, généralement dans sa chambre, avant qu’elles ne se dégagent. [...] Quand on sait ce qui arrive tous les jours dans les banlieues, dans les lycées, on se prend à penser qu’il faut être joliment culottée pour faire tout un scandale à propos de ce geste. C’est à mon sens une véritable insulte à toutes les vraies, et anonymes, victimes de viols et d’agressions sexuelles.

[…]

Autre contradiction, non moins forte, ces vedettes féminines font commerce de l’image de leur corps, et l’industrie de Hollywood a fait la promotion du désir sans frein, « libéré » des contraintes dites selon le moment bourgeoises ou chrétiennes. Cette révolution antifamiliale a objectivement promu la femme objet, et stars et starlettes y ont consciemment contribué.

[…]

En attendant de prouver que ses « victimes » n’aient pas été consentantes, Hollywood, qui comme toutes les vieilles putains a des pruderies dignes de l’Armée du salut, monte à son propos une campagne visant à imposer le sexuellement correct pensé par les associations féministes.

[…]

Article complet : reinformation.tv

PS. On apprend simultanément  qu'un autre grand  "pig", Harry Flint, roi du porno aux USA promet  1 million de dollars  à ceux qui pourraient fournir  des renseignements susceptibles de faire démissionner le Président des USA Donald Trump.

Les pornographes et autres désaxés sexuels voudraient-ils également prendre le pouvoir politique ?

Lien vers l'article, ici

 

lesobservateurs

Coloniser, décoloniser, pour quoi faire en fin de compte ?

Publié par Guy Jovelin le 16 octobre 2017

 

Coloniser-decoloniser.jpg

Les décolonisations n’ont pas commencé en 1783 (avec l’accès à l’indépendance des 13 colonies anglaises d’Amérique du Nord et la création des USA), ni en 1947 (avec la tripartition de l’Empire des Indes entre l’Inde, les deux Pakistan et la Birmanie) : on en avait connu dès l’Antiquité.

 

Carthage s’est détachée sans déplaisir de la Phénicie et les établissements de la Grande Grèce ont assez vite abandonné (au bout de 2 ou 3 siècles, selon les cas) tout autre lien avec Athènes ou Corinthe que celui de la langue et des usages. L’épopée d’Alexandre le Grand a créé les royaumes hellénistiques de Syrie et d’Égypte, qui offrirent d’authentiques apogées intellectuels à ces contrées, où le vulgum pecus fut maintenu dans la haine du maître grec par les ignorantins fanatiques autochtones, singulièrement en Judée.

L’Empire romain a colonisé toute l’Europe occidentale et danubienne, ainsi que le Maghreb et la Mésopotamie, apportant paix et prospérité artisanale et commerciale, en plus d’une technologie brillante. Tout cela fut détruit par les Grandes invasions, puis par l’islam.

Dans ce cas précis – qui ressemble tant à notre présent –, la décolonisation fut extrêmement rude. Les autochtones les plus abrutis et les hordes d’envahisseurs de tous poils se firent une joie de piller, d’assassiner et de violer, de détruire et d’incendier. Les infrastructures urbaines et les voies de communication mirent parfois plus d’un millénaire pour ressusciter : ne serait-ce que pour le tout-à-l’égout, les adductions d’eau potable, les routes pavées (pour ne même pas parler des WC, des trottoirs et des passages pour piétons qui ne firent leur réapparition que très tardivement).

Dans tous les cas, est demeuré vivace dans l’élite intellectuelle le souvenir des humanités : les règles du droit romain, la philosophie et le théâtre grec antique (infiniment plus riche que les divagations des psychanalystes en matière de profondeur psychologique), les chroniques à prétentions historiographiques. Plus rarement, le fanatisme religieux et le vandalisme des bâtisseurs réutilisant de vieilles pierres ont respecté les œuvres architecturales.

La décolonisation des années 1947-1962 a suivi les mêmes schémas que les épisodes antiques. Et l’on savait déjà, par le sanglant épisode haïtien de la Révolution française, quels dégâts pouvaient faire une décolonisation quand dominaient la haine raciale et la plus crasse bêtise.

Quels profits une civilisation évoluée peut-elle tirer du fait de lutter contre les guerres tribales, la pratique de l’esclavage (une constante de toutes les sociétés antiques et archaïques : les Blancs n’ont fait que poursuivre l’exemple dans les Amériques, en n’oubliant pas que l’esclavage fut toujours interdit dans le Canada français), l’anthropophagie (rappelez-vous les Aztèques et les Papous), l’absence totale d’hygiène publique et de travaux d’hydraulique visant à l’amélioration des cultures aussi bien que de la vie privée ?

À quoi bon tirer des populations arriérées de leur torpeur moyenâgeuse (Maghreb, Proche- et Moyen-Orient, Insulinde et Indochine, Amérique centrale et andine), des affres du paléolithique (Afrique centrale, Océanie, Patagonie) ou du néolithique (Amérindiens du Nord, Afrique occidentale) ?

Pour certains, c’est l’appât du gain qui pousse à devenir colonisateur. En fait, les États – soit les organismes qui récoltent et dépensent les impôts et taxes perçus chez les peuples colonisateurs, desquels aucun gouvernement ne prend jamais l’avis – règlent le coût des infrastructures (ou équipements, comme on voudra) et de gros financiers et entrepreneurs du privé exploitent les matières premières pour leur plus grand profit. Seuls les Romains avaient systématiquement créé des manufactures d’État dans leurs colonies ; l’exemple ne fut que rarement et petitement repris par les colonisateurs européens de l’époque moderne.

Il va sans dire que l’occupation d’un territoire à des fins militaires (dans le cadre d’un impérialisme géopolitique) ne peut décemment être appelée « colonisation » que si elle s’accompagne d’une ferme volonté de développer la production économique locale, avec ses retombées sociales sur les indigènes.

Pour d’autres, c’est la satisfaction intime d’imposer leurs dogmes, politiques ou religieux, à des peuplades parfois réceptives : l’Afrique noire est un triomphe pour l’islam, de même que l’Amérique latine fut le terrain de chasse le plus rentable du catholicisme.

Quelques idéalistes béats voulaient faire bénéficier des « lumières de la raison » les nations maintenues dans l’ignorance, la crasse et la superstition.

Dans tous les cas, c’est une mince frange des sociétés dites colonisatrices qui en tire un gain. Pour les colonisés, c’est tout autre chose : tous les êtres intelligents et courageux retirent un énorme bénéfice de la pacification sociale, de la mise en contact avec les sciences et les techniques du colonisateur-apporteur de civilisation, ainsi que de la stimulation de l’activité économique.

Même les abrutis complets et les parasites sociaux parmi les nations colonisées bénéficient des nouvelles conditions médico-chirurgicales et de l’explosion de bien-être matériel.

En principe donc, le colonisateur qui apporte, avec plus ou moins de bonne grâce, les bienfaits du modernisme à des attardés devrait être béni par les colonisés.

En réalité, le colonisé ne développe généralement que de la haine, parfois consécutive à la peur née du contact avec des colonisateurs abusifs : soudards, exploiteurs et autres dégénérés dépourvus de conscience éthique. Le plus souvent, cette haine est réflexe, liée à un nationalisme, un racisme assez peu productifs… quand on est à la traîne, on devrait attendre d’avoir égalé le civilisateur avant de le rejeter. Les émeutes et pillages récidivent à chaque ennui local à Mayotte ou dans les Antilles, prouvant la rémanence de la haine de l’ex-colonisé, même lorsqu’il est devenu citoyen à part entière du pays colonisateur.

In fine : coloniser, ça revient très cher à celui qui offre aux retardataires l’accès à une civilisation supérieure. Le jeu en vaut-il la chandelle ?

C’est à chaque Nation de haute culture intellectuelle et technique d’en décider souverainement. Seul le peuple devrait statuer sur les grandes orientations en matière d’emploi de l’argent public… sûrement pas des politiciens professionnels achetés par divers lobbies financiers.

 

Source : eurolibertes

La gauche tarée en roue libre : la PMA pour avorter

Publié par Guy Jovelin le 16 octobre 2017

Les provocation de l'Inter-LGBT sont à vomir :

DMLOAuXX4AAcceD

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

- "On veut la  vu qu'ils servent à rien"
- "On veut la PMA pour avorter"
- "PMA de confort"

Les tarés @InterLGBT en roue libre.

L’estimation du chantier de la mosquée Eyyûb Sultan s’envole à 32 millions d’euros

Publié par Guy Jovelin le 16 octobre 2017

La cérémonie de pose de la première pierre de la future mosquée néo-ottomane a lieu dimanche à la Meinau. Mais le chantier sera deux fois plus cher que prévu initialement : 32 millions d’euros. L’association gestionnaire va solliciter une subvention municipale qui pourrait atteindre 1,5 million d’euros.
 
La mosquée a été confiée à l’architecte turc Muharrem Hilmi Senlap, déjà auteur des plans de la mosquée centrale de Tokyo. (doc remis)

La mosquée a été confiée à l’architecte turc Muharrem Hilmi Senlap, déjà auteur des plans de la mosquée centrale de Tokyo. (doc remis)

Au moment de l’obtention du permis de construire définitif en 2015, l’association CIMG, affiliée au mouvement d’obédience turque Millî Görüs, tablait sur un budget maximal de 17 millions d’euros pour cette mosquée monument et le centre culturel attenant. Eyüp Sahin, président du Millî Görüs Grand Est, estime aujourd’hui qu’il en coûtera plutôt 32 millions d’euros, en incluant une marge d’imprévu de 10%.

Pour mémoire la construction de la grande mosquée du Heyritz avait coûté 10,5 millions d’euros :

« Les deux architectes nous ont dit au début que cela coûterait entre 15 et 17 millions d’euros. Mais avec tout ce qui va être fait en France et l’importation des matériaux, les coûts ont dû être revus. Nous avons choisi de confier le chantier à des entreprises alsaciennes (GSB et Demathieu et Bard) et pas à des entreprises turques. Cela revient beaucoup plus cher. Mais nous tenions à faire tourner l’économie alsacienne. »

Des financements européens

Eyûp Sahin assure que l’association veut essayer de financer le chantier en mobilisant avant tout les Musulmans du réseau Millî Görüs en France et en Europe :

« Nous espérons des dons d’hommes d’affaires de partout, d’Europe comme de Turquie. Mais pour le moment nous avons seulement mobilisé en France. Nous recueillons des dons dans notre mosquée à Strasbourg chaque semaine et nous avons lancé une souscription il y a deux mois via les réseaux sociaux en France. Plus de 250 personnes se sont déjà engagées à nous verser entre 10 et 1 000 euros par mois selon leurs moyens jusqu’à la fin du chantier. Après la cérémonie nous allons relayer officiellement cet appel auprès des 700 mosquées de Millî Görüs en Europe. »

Contrairement à il y a quelques années, Eyûp Sahin n’exclut plus de demander aussi le soutien de la mairie de Strasbourg, dont l’usage est de financer 10 % du coût de construction des lieux de culte qui la sollicitent :

« Si c’est possible, on va prendre cette possibilité. Nous allons en faire la demande. Mais si elle n’est pas acceptée, on se débrouillera sans. »

L’association espère inaugurer ses nouveaux locaux d’ici 3 à 4 ans.

« Pas de traitement de faveur »

Eyûp Sahin insiste sur l’idée que cette mosquée est « un projet pour les Strasbourgeois » et salue l’attitude des pouvoirs publics à son égard :

« Nous sommes reconnaissants envers le maire et le préfet qu’ils aient traité sur ce projet les Musulmans strasbourgeois comme de vrais Strasbourgeois. Nous n’avons pas eu de traitement de faveur, mais nous n’avons pas subi de discriminations non plus. »

Olivier Bitz, adjoint au maire de Strasbourg en charge des relations avec les cultes, indique que « de manière générale, le versement d’une subvention [municipale] pouvant atteindre 10% de la seule partie cultuelle d’un projet n’est qu’une faculté – en aucun cas une obligation – lorsque les conditions sont remplies. »

Cette partie seule concerne  environ un chantier de 15 million d’euros, ce qui représenterait une subvention municipale d’un million et demi. Quoiqu’il en soit, la Ville de Strasbourg n’avait pas budgété une telle ligne sur ses budgets futurs…

 

Source :rue89strasbourg

Élections en Autriche : les conservateurs en tête, suivis par la droite nationale

Publié par Guy Jovelin le 16 octobre 2017

autriche,conservateurs,droite nationale

Sébastian Kurz est en passe de devenir à 31 ans le plus jeune dirigeant en Europe. Son parti conservateur, ÖVP, est arrivé en tête des élections législatives anticipées avec plus de 30 % des suffrages, selon les premières projections publiées peu après la fermeture des bureaux de vote à 17h. Le parti nationaliste FPÖ réalise une percée, en arrivant en deuxième position avec 26,8% des voix devant les sociaux-démocrates du chancelier sortant Christian Kern, crédités de 26,3% des voix :

 

 

Source :ndf