Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 juillet 2018

Agressions de policiers à répétition : « L’inquiétude est prégnante chez les enfants de policiers »

Publié par Guy Jovelin le 09 juillet 2018

Par  le 08/07/2018 

 

Alors que vient de sortir un rapport de la Commission d’enquête du Sénat sur la police, un jeune a été tué lors d’un contrôle à Breil (Nantes), le 3 juillet dernier. Deux jours plus tard, un couple de policiers a été agressé à Othis (Seine-et-Marne) , en dehors de son service. Autant de faits qui interrogent sur une profession en plein burn-out.

Jean-Marie Godard, journaliste indépendant et auteur de «Paroles de flics» chez Fayard, auditionné par la Commission d’enquête du Sénat en amont de la publication du rapport, décrypte pour La Vie ces deux derniers événements.

Un couple de policiers a été agressé en Seine-et-Marne devant leur enfant de trois ans. Cet événement peut-il renforcer les inquiétudes des policiers sur la sécurité de leur famille ?

Beaucoup d’entre eux ont intégré le risque de mourir dans l’exercice de leur fonction. Mais réaliser que des personnes pourraient s’en prendre à des membres de leur famille est une éventualité très difficile à gérer. Cela leur demande d’être constamment sur le qui-vive. Je pense notamment à ce policier qui a mis récemment en place un «code secret» pour communiquer avec ses enfants et sa femme en cas de rencontre dans un centre commercial ou dans la rue d’une personne interpellée ces derniers mois. J’ai rencontré également plusieurs policiers qui, pour protéger leurs enfants, leur ont demandé de taire la profession de leur parent à l’école et ce, dès la maternelle et l’élémentaire. Enfin, beaucoup gardent 24h/24h avec eux leur arme de service. Une façon pour eux de protéger leur vie ou celle de leur famille si une attaque devait brutalement survenir.

En passant du temps dans les familles de policiers, j’ai mesuré à quel point l’inquiétude est prégnante chez les enfants, notamment le matin, quand les parents partent au travail.

L’onde de choc de l’attentat du couple de Magnanville, en juin 2016, est donc toujours vive …

(…) Même si l’agression des policiers de Seine-et-Marne de la nuit dernière, le 5 juillet, ne se situe pas sur un registre terroriste – l’auteur est un dealer, elle ravive les peurs : Le couple a été attaqué en dehors de son service et face à son enfant. Ajoutons que ce type d’agressions semble se répéter. Pas plus tard que la nuit du 30 juin dernier, dans l’Ain, un policier des frontières a été tabassé chez lui, dans son jardin, par six jeunes qui avaient reconnu qu’il était flic.

Othis, en Seine-et-Marne et le Breil à Nantes sont toutes deux des banlieues. Or, selon le rapport de la Commission d’enquête du Sénat, c’est en banlieue que les policiers sont le plus en difficulté…

Il faut savoir que 90% des policiers qui sortent d’école sont envoyés en banlieue pour leur première mission. Or, beaucoup ne sont pas préparés à un tel choc et craquent face à cette première confrontation. (…)

 

La Vie via fdesouche

Squat des piscines privées, le nouveau jeu des « jeunes » toulousains

Publié par Guy Jovelin le 09 juillet 2018

   
 
piscines privées
Il fait beau sur Toulouse. Il fait chaud… les températures sont caniculaires. Il faut se rafraîchir. Et rien de plus idéal qu’une bonne trempette. Problème, à Toulouse, la mer est à 150 kilomètres et dans la Garonne comme le canal du Midi… c’est interdit ! Alors certains jeunes se rabattent sur le squat des piscines privées.

C’est pour ces multiples raisons que l’on assiste depuis plusieurs semaines à un phénomène devenu maintenant récurrent dans la ville rose : l’occupation illicite des piscines privées ou résidentielles.

Des « jeunes » issus de la banlieue toulousaine, pour qui le squat de piscines privées est devenu la nouvelle attraction à la mode, n’hésitent plus à s’approprier ces lieux privées, quitte à déclencher des rixes avec les propriétaires.

Lire aussi : Dans certains quartiers, tuer du « flic » n’est plus un tabou

À l’été dernier, plusieurs de ces délinquants, après avoir été sommés de quitter une  piscine de résidence, sont revenus avec plusieurs de leurs amis pour en découdre. Ils ont successivement frappé deux mères de famille devant leurs enfants et ont donné des coups de poing à deux hommes qui cherchaient à protéger ces femmes. Un des locataires a tenté de faire fuir les occupants en leur donnant des coups de ceinturon. En représailles, la bande de jeunes l’a frappé de plusieurs coups de pied, de poing et avec le ceinturon qu’ils sont parvenus à lui arracher.

« Début juillet, un homme a eu le nez cassé  après avoir tenté de faire fuir une autre bande qui squattait la piscine de sa résidence, à côté de Toulouse. »

À Toulouse, nombre de jeunes n’hésitent pas à escalader les clôtures des propriétés ou résidences privées pour aller couler quelques brasses dans les eaux claires de leurs voisins. Certains vont même jusqu’à s’inviter au bord de l’eau en présence des propriétaires, qui, intimidés, restent pétrifiés.

« Les services de police de la ville comptent actuellement plus d’une centaine d’appels téléphoniques par semaine de résidents Excédés demandant à la police de venir faire déguerpir les intrus. »

Cette nouvelle forme de délinquance prend de plus en plus d’ampleur chaque année, la police ne pouvant intervenir faute de personnels sur chaque incident, les obligeant à prioriser les cas de violences, eux aussi de plus en plus fréquents. 

 

Source : infos-toulouse

Qu’emporte avec lui l’immigré clandestin ? Des préservatifs…

Publié par Guy Jovelin le 09 juillet 2018

Ecrit parPierre-Alain Depauw

immigrés clandestins,préservatifs

Tom Kiefer, ancien employé des douanes américaines, s’est lancé dans un projet artistique qu’il a appelé « El Sueño Americano » (« Le rêve américain ») et qui consiste à photographier les objets que transportent les immigrés clandestins lors de leurs tentatives de traverser illégalement la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.

Lorsque ces immigrés clandestins sont arrêtés par les agents des douanes, ils sont fouillés et la plupart des objets qu’ils transportent sont jetés dans des poubelles par les douaniers. Tom Kiefer a donc photographié le contenu de ces poubelles.

On y trouve du savon, des vêtements, du dentifrice, des brosses et peignes. Et beaucoup de préservatifs…

 
 

Pas de pain, mais beaucoup de jeux !

Publié par Guy Jovelin le 09 juillet 2018

Rédigé par notre équipe le 08 juillet 2018.

Une fois le soleil bien haut dans le ciel, il est difficile de trouver une info à se mettre sous la dent. La France tournerait au ralenti à en croire les professionnels de l’information. Les violences urbaines à Nantes et autres mauvaises nouvelles économiques signées Emmanuel Macron ne sont pas assez intéressantes à en croire la lecture des journaux et le pénible visionnage des JT. Une seule information mérite d’être relayée : la Coupe du monde de football et le parcours de l’équipe de France…

Quand les journalistes français s’y mettent, ils ne le font pas à moitié. Des centaines d’entre eux ont été envoyés à Moscou et dans le reste de la Russie afin de suivre pas à pas l’équipe de France de football. Et quand on y met les moyens, on se perd dans des détails complètement insignifiants qui illustrent cette envie sauvage de ne parler que de football. A peine la compétition commencée, mi-juin, les téléspectateurs ont eu droit à une avalanche de sujets sur les joueurs de l’équipe de France. Les victoires s’enchaînant, les détails les plus insipides ont squatté toutes les rédactions, direction le gogo qui bave de joie devant son poste de télévision.

Champion du monde du vide

Des entraînements filmés sans aucun intérêt aux conférences de presse inintéressantes en passant par la place de chacun des joueurs dans le bus rutilant de l’équipe de France, tout est disséqué pour accaparer des heures d’antenne. Et c’est sans compter les sempiternels débats tactiques qui donnent l’impression à leurs auteurs de toucher une vérité biblique du doigt. Bref, il ne faut parler que de football et les médias y arrivent parfaitement.

Mais dans cette kermesse, il faut quand même rendre hommage à sa seigneurie macronienne. Alors ce sera : Macron, premier supporter des bleus, Macron invite 300 enfants à l’Elysée pour regarder le quart de finale, Macron s’invite en Russie pour jouir de la demi-finale, Macron ne pourra donc pas présenter le plan anti-pauvreté du Gouvernement. Aïe ! La belle magie macronienne a oublié de prendre un virage ! Le football plus important que le plan anti-pauvreté ? Eh bien oui ! C’est la ministre de la Santé qui l’a dit il y a quelques jours avant que le Gouvernement ne multiplie les sorties médiatiques pour expliquer que non. Le plan ne serait pas encore tout à fait prêt donc il est impossible de le présenter.

Pourquoi donc se presser ? La macronie est au pouvoir depuis plus d’un an. Et en plus on soutient partout que les Français n’ont pas besoin d’argent ni de lutte contre la pauvreté mais de football et de victoires. Une Coupe du monde remportée, c’est l’assurance de remonter dans les sondages et de faire croire pendant 6 mois que le pays va bien et a un moral élevé ! Ce serait vraiment dommage de passer à côté de cette opportunité ! Et tant qu’à faire, le Tour de France prendra le relai dès que le football n’aura plus assez de bêtises à envoyer au prolo trop heureux d’échapper à sa condition en s’imaginant champion du monde. Les images du Tour passeront en boucle pour montrer que décidément la France est belle (sans faire de gros plan sur Nantes et ses odeurs de cendres) et que Macron a vraiment réussi tout ce qu’il a entrepris. La farce est belle, mais il ne faudra pas oublier trop longtemps les pauvres de ce beau pays.

 

Source : 24heuresactu

dimanche, 08 juillet 2018

RASSEMBLEMENT NATIONAL: LA JUSTICE SAISIT 2 MILLIONS D'EUROS AU PARTI

Publié par Guy Jovelin le 08 juillet 2018

 

assistants fictifs,rn,justice

Les juges d'instruction financiers parisiens ont retenu, dans l'affaire des assistants présumés fictifs d'eurodéputés FN, 2 millions d'euros de subventions publiques qui devaient être versées lundi 9 juillet au Rassemblement national (RN, ex-FN), a-t-on appris ce dimanche 8 auprès de responsables du parti, confirmant une information de BFMTV.

Dans une ordonnance datée du 28 juin, les juges d'instruction "ont ordonné la saisie pénale d'une somme destinée au Front national au titre de l'aide publique apportée aux partis pour un montant de deux millions d'euros", a indiqué une source proche du dossier. 

"En confisquant notre dotation publique sans jugement sur cette pseudo affaire des assistants, les juges d'instruction nous appliquent la peine de mort 'à titre conservatoire'", a réagi sur Twitter la présidente du RN, Marine Le Pen, confiant à l'AFP que "dès lundi, le RN ne pourra plus mettre en oeuvre aucune activité politique" et sera "mort à la fin du mois d'août". 

L'aide publique au RN représente au total environ 4,5 millions d'euros, selon le parti. L'aide publique, qui s'établissait à 63 millions d'euros au total en 2017 et devrait avoisiner les 68 millions d'euros en 2018, est la principale source de financement des partis. 

La confiscation de cette somme intervient alors que le Parlement Européen soupçonne le parti de Marine Le Pen d'avoir mis en place un "système" organisé pour rémunérer des membres de son parti avec l'argent réservés aux assistants parlementaires européens. Le préjudice estimé par le Parlement européen est au total de 7 millions d'euros sur la période 2009 à 2017 et une dizaine de cadres du parti ont été mis en examen dont Marine Le Pen, Bruno Gollnisch, Louis Aliot mais aussi le Rassemblement National, en tant que personne morale. 

Les membres de l'ancien Front National ont toujours démenti ces accusations et y voient une volonté "d'assassiner" leur parti, comme ils l'ont une nouvelle fois affirmé ce dimanche en réutilisant à l'unisson le hashtag "Alerte Démocratie". Marine Le Pen donnera une conférence de presse à ce sujet lundi 9 juillet à 10h, selon un communiqué.